L'Europe

A la Une – Kosovo: tensions dans le nord et candidature européenne

todaydécembre 18, 2022 4

Background
share close

Des policiers kosovars patrouillent dans la partie nord de la ville divisée de Mitrovica, dans le nord du Kosovo, le 9 décembre 2022.

Une revue de presse présentée en partenariat avec Le Courrier des Balkans.

Lire la suite

Barricades, écoles fermées : une fois de plus, la ville divisée de Mitrovica, dans le nord du Kosovo, est tétanisée par les tensions entre Belgrade et Pristina. Pourtant, d’un côté comme de l’autre de l’Ibar, des citoyens essaient de renouer les fils d’une vie « normale ».

Pourtant, le Kosovo a déposé jeudi sa candidature à l’intégration européenne. Celle-ci a toutefois bien peu de chances d’avancer, cinq États membres de l’Union ne reconnaissant pas son indépendance. Lot de consolation : Pristina pourrait espérer la levée des visas d’ici à un an.

L’accueil complexe des réfugiés ukrainiens

La Bulgarie manque de professionnels de santé, mais beaucoup de médecins ou d’infirmières ukrainiennes n’arrivent pas à trouver de travail… L’accueil des réfugiés a été balloté au gré des turbulences politiques, sans stratégie d’insertion. Et, tandis que les réfugiés ukrainiens font les frais de ces incohérences, les violences se multiplient sur la frontière turco-bulgare. L’image de réfugiés enfermés dans une cage, sous l’œil impassible d’agents de la mission européenne Frontex, a fait le tour du monde. Les autorités de Sofia se tournent vers la Turquie pour essayer de « bloquer les flux » d’exilés qui ne cessent de croître, comme sur toute la route des Balkans.

Il avait 16 ans et a été tué d’une balle dans la tête par la police pour n’avoir pas payé 20 euros d’essence. La mort de Kostas Fragoulis, décédé le 13 décembre à l’hôpital, a déclenché une vague de manifestations en Grèce, notamment au sein de la communauté Rom. Des milliers de personnes ont encore défilé plusieurs soirs de suite dans les rues d’Athènes et de Thessalonique. En Grèce comme dans tous les Balkans, les Roms sont toujours victimes de nombreuses discriminations. En Serbie, 3 % à peine des déchets sont recyclés, mais ce sont les Roms qui collectent, trient et revendent ces matières premières secondaires. Ce modèle d’économie circulaire est menacé par la mise aux normes européennes. Les plus pauvres vont-ils faire les frais de la transition verte ?

Le soft power chinois s’impose dans la région

La Chine est de plus en plus présente dans les Balkans, mais elle n’investit pas beaucoup en Macédoine du Nord. Pourtant, son influence ne cesse d’y grandir, grâce à une stratégie dynamique de soft power. Dans l’opinion publique, l’image de la Chine renvoie plus à une image d’efficacité économique qu’au caractère autoritaire de son régime. Un scandale secoue la Serbie et la Croatie, où des policiers chinois auraient effectivement été déployés. Embarrassées par les nouvelles révélations de l’ONG espagnole Safeguard Defenders sur l’existence de postes de police chinois clandestins intimidant la diaspora, Belgrade et Zagreb ne contestent plus l’existence de ces patrouilles, mais assurent qu’elles n’auraient pas eu de « pouvoirs coercitifs ».

La Yougoslavie du maréchal Tito défendait la décolonisation au nom de l’autodétermination des peuples, mais le régime socialiste menait une politique intérieure parfois problématique, notamment vis-à-vis des Albanais et des Roms. Comment comprendre et que retenir de cet héritage ? L’historien Paul Stubbs évoque ces contradictions. Autre défi, une nouvelle génération de féministes émerge dans les Balkans. Souvent très jeunes, elles se battent contre le patriarcat et le retour en force de l’ordre moral qui a suivi la chute des régimes communistes. L’historien Fabio Giomi, spécialiste de l’histoire des femmes et du genre dans l’Europe du sud-est, rappelle cette longue histoire.

Tous les Balkans ont vibré à l’unisson de la Croatie, rêvant jusqu’au dernier moment d’une qualification en finale, mais l’Argentine a été plus forte. Tour d’horizon d’un enthousiasme qui dépasse les lignes traditionnelles de conflit, de Zagreb à Skopje, en passant par Sarajevo, Pristina et Mitrovica. Au Kosovo, le soutien à l’équipe croate a même réussi à réunir Albanais et Serbes !

La source

Written by: admin

Rate it

Previous post

L'Europe

En Ukraine, les ONG déplorent le manque de moyens par rapport aux besoins en aide réels

Ce mercredi 14 décembre se tient à Paris le deuxième jour de la conférence pour l’Ukraine, réunissant des représentants d’une cinquantaine de pays pour discuter de l’aide immédiate à apporter à l’Ukraine pour passer cet hiver de guerre. Les pénuries se poursuivent à Kiev, la capitale, mais surtout à Odessa, le grand port de la mer Noire, plongé dans le noir depuis une semaine. Les organisations humanitaires ukrainiennes tentent de parer […]

todaydécembre 15, 2022 2

Post comments (0)

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


0%