L'Europe

À la une: le noir éclairant de Soulages – Revue de presse française

todayoctobre 27, 2022

Background
share close

La presse rend hommage à Pierre Soulages, peintre français mort mercredi 26 octobre à 102 ans. « Le noir est en deuil », titre La Croix, puisqu’il était le maître incontesté de cette couleur… qui n’était pas censée en être une. Et pourtant. « Et le noir fut », lance l’Humanité en première page. Le journal décrit son invention, « l’Outrenoir », comme un travail sur « les variations, en fonction de la matière, des aplats, des stries ou des sillons », détaille l’Huma.

Libé, qui titre « Soleil noir », écrit que l’artiste contemporain français avait « fait du noir sa signature et, contre tout logique, un puits de lumière ».

Le Monde renchérit : « Soulages cherche à montrer tout ce que la rencontre du noir et de la lumière peut engendrer, y compris des sensations d’autres couleurs, y compris aussi une forme de sublime ». « Il y avait de l’alchimiste en lui », s’enthousiasme Le Figaro… qui rappelle même le propre mariage de Soulages : « la mariée était en noir », elle aussi, ce jour d’octobre 1942.

Emmanuel Macron demande du renfort sur sa droite

Le président était l’invité de l’émission L’Événement, sur France 2, mercredi 26 octobre. La presse constate la main tendue du chef d’Etat à la droite, car « il y a le feu à la majorité », tonne Libération. Le Parisien décrit « un Emmanuel Macron au pied du mur », cherchant un renfort des Républicains, comme le lui avait conseillé Nicolas Sarkozy. La presse remarque d’ailleurs qu’il multiplie les clins d’œil à l’ancien président de droite, insistant sur la réforme des retraites, sur une « France du travail et du mérite »… « Nicolas Sarkozy, sors de ce corps ! » raille Libération

D’autant que le président a longuement critiqué la gauche : « Feu sur la Nupes », écrit l’éditorialiste du Figaro, qui explique qu’Emmanuel Macron a dénoncé « la coalition des extrêmes pour tenter de susciter une coalition des constructifs », comprendre : de la gauche modérée, qui a été elle-même choquée de voir le RN, parti d’extrême-droite, s’allier à la Nupes pour voter leur motion de censure.

Rencontre Macron–Scholz : timide réconciliation

Pour Ouest-France, ce déjeuner qui s’est tenu mercredi 26 octobre à l’Elysée entre les deux hommes « ne saurait à lui seul compenser l’absence d’un sommet franco-allemand, reporté à une date indéterminée », après une brouille entre les deux pays sur fond d’inflation européenne. Des divergences qui « arrivent au pire moment, commente le Monde, alors que Vladimir Poutine teste la solidarité européenne et que le leadership franco-allemand est contesté au sein des 27 »

Le Figaro décrit « une entente de façade » affichée hier, où Paris et Berlin se félicitaient d’une rencontre constructive. « Mais le cœur n’y était pas », regrette le quotidien de droite, qui note que la rencontre n’a pas donné lieu à « une prise de parole commune », signe que les différends sont encore bien tenaces.

Источник

Written by: admin

Rate it

Previous post

L'Europe

Pourquoi des dirigeants européens contestent l’action de la BCE – Aujourd’hui l’économie

La Banque centrale européenne devrait annoncer aujourd'hui à Francfort un nouveau relèvement des taux d'intérêts. Cette politique présentée comme indispensable pour éradiquer l'inflation fait grincer des dents les gouvernants européens, dont le président Macron. Pourquoi une telle divergence de vue ? Depuis 2008 les banquiers centraux sont considérés comme des magiciens, des super stars. Adulés par les marchés, bénis par les gouvernements. Grâce à leur politique très accommodante, à des […]

todayoctobre 27, 2022

Post comments (0)

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


0%