L'Europe

À la Une: Xi tout-puissant – Revue de presse française

todayoctobre 15, 2022

Background
share close

Le sacre de Xi Jinping est attendu à Pékin, où s’ouvre le XXe congrès du Parti communiste chinois, dimanche 16 octobre. Le président Xi Jinping sera désigné pour un troisième quinquennat. Une première depuis Mao. C’est le président « le plus puissant et le plus autoritaire depuis Mao », lance en Une Le Figaro. Un troisième quinquennat pour Xi Jinping ? C’est « un tour de force », estime ce quotidien, dans la mesure où la tradition de rotation décennale prévalait jusqu’à présent à la tête du parti, en Chine.

Alors Le Figaro met en garde, car « la centralisation et la personnalisation du pouvoir à Pékin s’annoncent également lourdes de menaces », estime-t-il, la politique de Xi Jinping plaçant la Chine « sur une trajectoire de collision avec les démocraties occidentales ».

Mélenchon, le crépuscule

Toutes choses égales par ailleurs, lui est aussi un chef de gauche. Mais son avenir politique semble plutôt derrière lui. « Lui », c’est Jean-Luc Mélenchon. Le chef de La France insoumise va-t-il le demeurer ? Selon le quotidien Libération, « l’organigramme du parti va être considérablement revu dans les semaines qui viennent ». Dans ce journal, un militant socialiste parle même d’un « grand remplacement de Jean-Luc Mélenchon ».

Selon un sondage Viavoice pourLibération, deux Français sur trois ont une opinion négative du leader de la Nupes, l’alliance de gauche, « et même très négative pour 45% » d’entre eux, souligne Libé. Pour 41% des Français, la gauche « devra rompre avec l’héritage de Mélenchon ». Parmi les seuls sympathisants de gauche, les résultats de ce sondage sont, bien entendu, différents. Mais la moitié « seulement » desdits sympathisants ont une opinion « positive » de Jean-Luc Mélenchon, souligne Libé.

La gauche en marche

En France encore, un accord a été trouvé dans le conflit affectant les raffineries de pétrole. Mais la crise qui en résulte dans les stations-service du pays n’est pas terminée. « Du mieux, mais c’est loin d’être terminé », résume Le Parisien. Car si deux syndicats majoritaires au sein de TotalEnergies ont bien conclu un accord avec la direction de ce groupe pétrolier français, le syndicat CGT a refusé de signer.

En attendant le 18 octobre et l’appel à la grève généralisée, en France, place, demain, à une marche dans Paris, à l’appel de la Nupes, l’alliance de gauche, « une marche pour repartir du bon pied », lance en Une, Libération. Lequel journal, au-delà de la marche de demain, invite sans attendre la gauche française à ouvrir le « chantier » qui lui permettra « d’accoucher d’un réformisme radical susceptible de répondre aux défis du temps ».

Dans ce contexte, une source proche du dossier prédit dans Le Parisien qu’il « ne se passera rien avant cette date. Le mouvement dans les raffineries va se poursuivre ».

La sociale, le retour

Et à présent, le mouvement social menace de s’étendre… Dans les centrales nucléaires notamment. Ce que souligne encore Le Parisien. Remarquant que « plusieurs signes avant-coureurs font craindre désormais une contagion plus globale de la grogne sociale, notamment dans le secteur, ô combien sensible lui aussi, de l’énergie », ce quotidien constate que « plusieurs actions ont déjà été menées depuis septembre » dans les centrales nucléaires du Tricastin, de Cruas, Bugey ou Cattenom. Entre autres actions, des baisses de charge, c’est-à-dire des diminutions de production d’électricité, des ralentissements de certaines activités de maintenance, « voire des blocages de la remise en service de réacteurs à l’arrêt » ! Et Le Parisien signale que « de nouvelles centrales nucléaires se préparent, elles aussi, à la mobilisation. Depuis jeudi, Gravelines (…) a rejoint le mouvement. Suivie dès le lendemain par Belleville. Paluel pourrait faire de même dès ce week-end ». Étant rappelé que le parc nucléaire compte dix-huit centrales en activité, en France, je viens d’en citer sept, dans lesquelles sont installés 28 réacteurs sur un total national de 56. C’est pile la moitié !

Pour ne rien arranger, un porte-parole de la Fédération nationale mines énergie dit au Parisien que « d’autres secteurs de l’énergie embrayeront le pas, comme ceux du transport et de la distribution, y compris dans le gaz ». N’en jetez plus !

Источник

Written by: admin

Rate it

Previous post

L'Europe

À la Une: dans les Balkans, l’impossible défense des droits des travailleurs

Une revue de presse préparée avec Le Courrier des Balkans. Lire la suite « Ce ne sont pas des usines, mais des chambres de torture. » Dans les Balkans, défendre les droits des travailleurs est devenu mission quasi impossible. Broyés par la transition néo-libérale imposée par des régimes de plus en plus autoritaires, les syndicats finissent par baisser les bras. Mais les travailleurs gardent toujours le poing levé. Reportage.Confrontée au vieillissement de sa population et […]

todayoctobre 15, 2022

Post comments (0)

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


0%