L'Europe

Après la reprise de Kherson, «c’est le moment pour chacun de mesurer l’état de ses forces»

todaynovembre 14, 2022

Background
share close

Après le retrait de Kherson, la Russie a prévenu qu’elle ne renoncerait pas à ce territoire dont elle a décrété l’annexion. Pour autant, elle adopte actuellement une posture défensive, dont le but principal est de protéger la Crimée. 

Lire la suite

Même si Kherson reste à portée de tir des militaires russes, ces derniers ne pourront pas refranchir le Dniepr. Actuellement retranchée de l’autre côté du fleuve depuis la fuite de Kherson, l’armée russe cherche à empêcher une nouvelle offensive ukrainienne et à défendre la Crimée, annexée par la Russie en 2014. « Dans la stratégie du général russe, il s’agit de protéger essentiellement la Crimée. Donc il a installé des lignes défensives le long du Dniepr et les lignes défensives au nord de la Crimée, qui existaient auparavant, ont été renforcées », explique le général Dominique Trinquand, expert militaire et ancien chef de la mission militaire française auprès de l’ONU.   

Un choix logique, estime-t-il, « parce qu’il y a peu de chance que les Ukrainiens soient capables de franchir le Dniepr de manière offensive là où les Russes l’ont franchi de façon rétrograde ».

► À lire aussi: Ukraine: après le retrait des troupes russes, des scènes de liesse dans les rues du pays

« Peuvent-ils continuer à conquérir quelque chose ? »

Maintenant que la ville de Kherson, occupée par les soldats russes depuis plus de huit mois, a été reprise, il est temps, avec l’hiver qui approche, « pour chacun des belligérants de mesurer l’état de ses forces ». D’une part, les Ukrainiens sont-ils en capacité de lancer une nouvelle offensive vers le nord, en direction de la centrale nucléaire de Zaporijjia ? D’autre part, les Russes « doivent savoir s’ils ont la possibilité de tenir dans le Donbass, où ils avancent de manière sporadique, et s’ils sont capables de garder le territoire qu’ils ont conquis depuis le Dniepr jusqu’au Donbass ». 

« Il faut qu’ils évaluent leur force et qu’ils sachent s’ils peuvent continuer à conquérir quelque chose, ou si c’est le moment où ils doivent entamer des négociations pour stabiliser les choses », analyse-t-il. Après la visite début novembre du conseiller américain à Kiev, les Ukrainiens, comme les Russes, se sont dit prêts à discuter tout en posant des conditions « inacceptables », remarque Dominique Trinquand. 

Déminage sous haute tension à Kherson

Désormais, à Kherson, l’heure est au rétablissement de l’eau et de l’électricité, mais aussi au déminage. 

« Nous sommes tous fous de joie », s’est réjoui Volodymyr Zelensky dans son message quotidien diffusé samedi soir. La fête a, en effet, duré jusqu’à tard à Kherson. Mais le président ukrainien met en garde contre le danger des mines laissés par les forces russes : « S’il vous plaît, chers habitants de Kherson, soyez prudents et informez la police ou les secouristes de tout objet suspect que vous voyez ». 

Volodymyr Zelensky appelle à la vigilance et à ne pas pénétrer dans des bâtiments abandonnés par les soldats russes, partis après huit mois d’occupation. Au total, 2 000 engins explosifs et mines ont déjà été neutralisés. Un policier a été blessé lors d’une opération de déminage dans un bâtiment à Kherson. 

Avant de fuir, les occupants ont détruit toutes les infrastructures essentielles – il n’y a pas d’eau, ni de chauffage ou d’électricité dans la ville, mais le fournisseur d’énergie de la région assure qu’il travaille à rétablir l’approvisionnement en électricité. Les programmes de la télévision nationale ukrainienne sont d’ailleurs à nouveau visibles à Kherson.

La source

Written by: admin

Rate it

Previous post

Politique

Lamia El Aaraje (PS): «l’enjeu aujourd’hui, c’est comment on redevient majoritaires dans ce pays»

À l'approche du congrès du Parti socialiste, en janvier prochain, et alors que le parti connaît des tensions internes, Aurélien Devernoix accueille Lamia El Aaraje, porte-parole du PS et conseillère de Paris. L'ancienne députée du XVᵉ arrondissement de Paris fait également partie des 150 signataires d'une tribune appelant aux « refondations » de la gauche, parue en octobre dernier, une troisième voie au sein du parti entre les pro et […]

todaynovembre 14, 2022

Post comments (0)

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


0%