L'Europe

Guerre en Ukraine: «On voit une redéfinition des alliances en ce moment»

todayoctobre 22, 2022 1

Background
share close

L’Iran est accusé depuis plusieurs semaines de livrer des drones aux Russes en Ukraine, même si Moscou dément. Les États-Unis vont plus loin aujourd’hui en affirmant que des militaires iraniens sont présents en Crimée pour aider les forces russes à se servir des fameux drones. Est-ce plausible ? Le général Jean-Paul Palomeros, ancien chef d’état-major de l’armée de l’air et ancien commandant suprême pour la transformation de l’Otan.

Lire la suite

Jean-Paul Palomeros : C’est tout à fait plausible puisque les Iraniens ont manifestement donné ou vendu des drones aux Russes qui découvrent ce type d’équipement. Ce n’est pas illogique que les Iraniens envoient effectivement du personnel pour aider les Russes à s’en servir. Et à partir du moment où les Iraniens aident les Russes à utiliser ces drones, depuis la Crimée, je ne vois pas ce qui empêcherait les Ukrainiens de tenter de frapper ces installations, s’ils peuvent le faire.

RFI : Cela veut dire que les Iraniens rentrent dans le conflit dans une dimension beaucoup plus large ?

Ils sont partie prenante. Ils fournissent quand même une capacité qui, en ce moment, est une capacité-clé pour Poutine, pour attaquer en particulier les centres nerveux, les centres de production d’électricité. Donc, ils sont très proches des Russes dans ce conflit. Si en plus, ils ont envoyé des personnels sur place, ce qui est vraisemblable, ça les rapproche d’autant plus de la cobelligérance. 

Cette alliance Russie-Iran n’est pas nouvelle. Ces deux pays sont alliés sur d’autres terrains ?

Oui, il y a quand même un rapprochement d’une manière assez générale des dictatures, des régimes antidémocratiques. Mais là, il y a une alliance qui est en train de se consolider et sur laquelle il faut réfléchir pour l’avenir d’ailleurs : jusqu’où cela va-t-il aller ?  Les Russes vont être, en quelque sorte, débiteurs vis-à-vis des Iraniens. Est-ce qu’ils vont continuer par la suite dans une logique d’alliance, de véritable alliance ? Quid de la position des Russes sur le nucléaire iranien ? Je pense qu’ils vont être relativement neutres, au minimum. Est-ce qu’ils pourraient, dans un avenir plus lointain, les aider ? C’est autant de questions qui sont posées aujourd’hui. On voit une redéfinition des alliances en ce moment. 

La Russie mobilise ses soutiens au Moyen-Orient, mais aussi en Méditerranée. Des manœuvres militaires viennent de commencer avec l’Algérie. Est-ce une manière pour la Russie de mobiliser des soutiens un peu partout ? 

C’est effectivement un point extrêmement important. Ça rappelle quelque chose que j’ai bien connu : la guerre froide et en particulier en Méditerranée, à une époque où les Russes s’appuyaient sur de nombreux pays du Maghreb ou sur la Syrie également pour déployer leurs moyens. C’est une crainte que je ressens depuis un certain temps, que les Russes essaient de regagner des zones d’intérêt. Il n’y a qu’à voir leur implication en Libye et on voit bien ce qu’il se passe en Afrique.

Donc, ces manœuvres avec l’Algérie ne m’étonnent pas, elles m’inquiètent un peu, mais là, pour le coup, l’Algérie devra quand même choisir son camp. Cela dit, les Russes essaieront de déstabiliser autant que faire se peut les pays occidentaux, les pays européens, les pays de l’Otan, les pays de l’Alliance et d’élargir leur zone d’influence et de retrouver peut-être des zones d’influence passées comme c’était le cas pendant la guerre froide. 

Quand vous dites que cela vous inquiète ? 

Si ces manœuvres se transformaient à un moment ou un autre en une alliance plus durable avec des pays comme l’Algérie, il faudrait se poser des vraies questions sur la nature de la menace qui pèsent sur la Méditerranée. 

À lire aussi : 

► L’Algérie annonce le lancement des manœuvres militaires maritimes avec la Russie

► Washington affirme que des militaires iraniens aident les Russes en Crimée

► Guerre en Ukraine: le ton monte autour des drones iraniens

Источник

Written by: admin

Rate it

Previous post

L'Europe

Italie: nommée Première ministre, Giorgia Meloni a présenté son gouvernement

La nouvelle Première ministre Giorgia Meloni et ses ministres, qui forment le gouvernement le plus à droite et le plus eurosceptique d'Italie depuis 1946, ont prêté serment samedi 22 octobre au palais présidentiel du Quirinal à Rome. Lire la suite La cérémonie sous les ors du palais du Quirinal, résidence des papes et des rois d'Italie avant de devenir le siège de la présidence de la République, s'est déroulée dans […]

todayoctobre 22, 2022

Post comments (0)

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


0%