Les nouvelles générales

Inondations au Nigeria: les autorités critiquées pour leur attentisme [3/3] – Reportage Afrique

todaynovembre 23, 2022 2

Background
share close

Au Nigeria, des inondations historiques ont fait au moins 600 morts et près de deux millions de déplacés à travers le pays. Le Nigeria avait aussi fait face par le passé à d’autres épisodes similaires, notamment en 2012. Beaucoup d’observateurs reprochent donc aux autorités de ne pas s’être préparées et d’être intervenues trop peu et trop tard.

De notre correspondante à Lagos, 

Les populations du delta du Niger sont habituées aux crues saisonnières, qui nourrissent leurs terres et permettent aux poissons de se multiplier. Mais les inondations de cette année ont détruit leurs cultures et mis en péril les activités autour du fleuve.

À Yenagoa, la capitale de l’État de Bayelsa, Alagoa Morris, de l’ONG Environmental Rights Action, estime que la mauvaise gouvernance a aggravé les effets du réchauffement climatique. « Cette inondation a été causée en bonne partie par l’ouverture du barrage de Lagdo, au Cameroun. Oui, le réchauffement climatique a joué un rôle, mais ce lâcher d’eau a aggravé la situation. Lorsque cette retenue a été construite au début des années 80, il y a eu un accord avec le Nigeria, qui devait ériger son propre barrage de l’autre côté de la frontière. Le barrage de Dasin Hausa devait réguler la montée des eaux en cas d’ouverture des vannes du côté camerounais. Sauf que ce projet a été abandonné juste avant que le chantier ne soit terminé ! »

Le ministre nigérian des Ressources hydriques a démenti et expliqué que les fortes pluies étaient la cause principale des inondations. Jim Dorgu, le président de la Mac-Jim Foundation, reproche quand même au gouvernement de n’avoir tiré aucune leçon des inondations de 2012 qui avait fait près de 2 millions de déplacés au Nigeria. 

« C’était une situation très similaire, mais il n’y a aucune données disponibles ! Combien sont morts ? Combien ont été touchés ? Rien ! En 2012, il y a déjà eu des morts lorsque des pirogues ont fait naufrage. Pourtant, aucune mesure n’a été prise, aucune préparation, comme la distribution de gilets de sauvetage par exemple, dénonce-t-il. On aurait pu construire des bâtiments sur pilotis pour accueillir les déplacés. Au lieu de quoi on les met dans les écoles primaires. Mais qui nous dit que celles-ci ne seront pas aussi submergées la prochaine fois ? Il faut éduquer les gens avant que ça se reproduise ! »

Alors que les Nations unies viennent de débloquer 10 millions et demi de dollars pour venir en aide aux sinistrés, Success Jimmy Ebi, une chercheuse qui travaille aussi pour la Mac-Jim Foundation, met en garde contre les détournements et la corruption. « C’est bien de débloquer des fonds pour les victimes, mais il faut qu’il y ait un suivi pour que celles-ci en bénéficient vraiment, estime-t-elle. Il y a toujours des gens qui essaient d’accumuler du matériel d’urgence, pour essayer de le revendre plus cher après la crise. »

Des voix se sont élevées au sein même de l’Assemblée Nationale pour dénoncer le détournement systématique de l’argent alloué au fond écologique d’urgence, mis en place dès 1981 pour faire face aux événements climatiques extrêmes au Nigeria.

► À écouter aussi : 

Inondations au Nigeria: les agriculteurs durement touchés [2/3]

Inondations au Nigeria: les sinistrés restent livrés à eux-mêmes

Источник

Written by: admin

Rate it

Previous post

Post comments (0)

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


0%