L'Europe

Italie: le gouvernement de Giorgia Meloni présente son premier budget pour l’année 2023

todaynovembre 23, 2022 4

Background
share close

En Italie, le gouvernement de la Première ministre a présenté ce lundi soir son premier budget pour l’année 2023. L’exécutif met sur la table un peu plus de 30 milliards d’euros dont la majorité est consacrée à la lutte contre les effets de l’inflation et à la crise énergétique

Lire la suite

Avec notre correspondant à Rome, Éric Sénanque

Réduire la pression fiscale sur les ménages et les entreprises, tel est le leitmotiv de Giorgia Meloni. Ainsi, sur les 32 milliards d’euros que l’Italie compte dépenser l’an prochain, 21 seront utilisés pour aider les familles et les différentes branches industrielles à payer leurs factures de gaz et d’électricité.

Pour faire face à la vie chère, le gouvernement italien a annoncé aussi la baisse de la TVA sur les couches ou serviettes hygiéniques, de 22% à 5% mais pas sur des produits comme les pâtes ou le lait comme envisagé à l’origine. Une carte d’épargne devrait cependant être délivrée par les municipalités aux familles les plus modestes, financée par un fonds de 500 millions d’euros.

Vers la fin du revenu de citoyenneté ?

Le gouvernement Meloni a annoncé également des incitations fiscales pour les entreprises qui embauchent en CDI des moins de 35 ans et confirmé l’une des propositions phares de la coalition de droite, l’extension d’une « flat tax », un impôt forfaitaire de 15% pour les travailleurs indépendants gagnant jusqu’à 85 000 euros par an.

Pour financer ce budget, Giorgia Meloni compte bien creuser les déficits, mais propose également une mesure radicale : la fin du revenu de citoyenneté à partir de 2024, une mesure phare du Mouvement 5 étoiles de son prédécesseur Giuseppe Conte.

À écouter aussi : Le spectre du fascisme hante l’Italie

La source

Written by: admin

Rate it

Previous post

L'Europe

Après l’échec des discussions serbo-kosovares à Bruxelles, l’UE blâme Pristina

Les représentants de la Serbie et du Kosovo n’ont pas réussi à se mettre d’accord à Bruxelles ce lundi au sujet du contentieux en cours au sujet des plaques minéralogiques des serbophones du Kosovo, au grand dam des Européens et de leur mission de bons offices. Le « dialogue Belgrade-Pristina », un dialogue indispensable à la normalisation des relations qui est selon l’UE la condition sine qua non de leurs […]

todaynovembre 23, 2022

Post comments (0)

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


0%