L'Europe

L’accès à Venise va devenir payant à partir de 2024

todayseptembre 14, 2023

Background
share close

À partir de 2024, Venise va mettre en place une taxe de cinq euros pour les touristes ne venant qu'un jour dans la Cité des Doges. Lire la suite

De notre correspondante à Rome, Blandine Hugonnet

C’est un premier test qui sera effectué en 2024, dès le printemps prochain. Pour visiter la Cité des Doges, il faudra être prêt à mettre la main à la poche. Le ticket d’entrée pour une journée à Venise est fixé à 5 euros (il faudra le réserver et l’acheter en ligne avant d’arriver, au risque de devoir régler une amende de 50 à 300 euros). Cette taxe sera uniquement imposée aux non-résidents et aux voyageurs qui passent en coup de vent et n’auront pas prévu de passer une nuit, au moins, dans un hôtel vénitien.

À écouter aussi[PODCAST] Écouter le monde : Venise dans le temps

Dans un premier temps, cet accès payant sera mis en place les week-ends, jours fériés ou vacances d’été et pendant trente jours par an. Si aucun nombre limite de visiteurs par jour n’a été décidé, l’idée est bien de dissuader le tourisme éclair durant les périodes les plus chargées de l’année, et de désengorger les ponts et les canaux de la Sérénissime, toujours plus victime de dégradation à force de surtourisme.

En descendant du Rialto.

Alors que les experts de l’ONU jugeaient jusque-là les actions de Venise « insuffisantes » pour contenir les flux, le feu vert du Conseil municipal vénitien arrive à point nommé en cette mi-septembre. Après quatre années d’effets d’annonce pour rendre l’accès payant, la cité italienne espère, avec cette concrétisation, convaincre l’Unesco in extremis, au moment où l’organisation évalue, cette semaine, l’inscription, ou non, de Venise sur la liste noire des patrimoines en péril.

À lire aussiChangement climatique: l’Unesco recommande de classer Venise parmi le patrimoine mondial en péril

Partager :

La source

Written by: admin

Rate it

Previous post

L'Europe

Royaume-Uni: controverse autour d’une loi empêchant toute poursuite liée au conflit nord-irlandais

Lire la suite Avec notre correspondante à Londres, Émeline VinApprouvée par le Parlement, la Legacy Bill n’attend plus que le sceau du roi Charles III pour entrer en vigueur. Une formalité, donc. Pour le gouvernement britannique, il s’agit de tourner la page de ce conflit qui a fait plus de 3 500 morts, dont une majorité de civils, et de ne plus permettre d’engager de nouvelles poursuites. À la place, une […]

todayseptembre 14, 2023

Post comments (0)

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


0%