L'Europe

L’embargo maritime européen sur le pétrole russe entre en vigueur

todaydécembre 6, 2022

Background
share close

L’embargo de l’UE sur le pétrole russe entre en vigueur ce lundi 5 décembre. Une sanction très attendue du côté de Kiev qui est censée permettre de tarir l’une des principales sources de revenus de Moscou. Cette décision actée en mai après de longues semaines de discussions ne concerne que le pétrole transporté par voie maritime. Des exemptions avaient en effet été trouvées, notamment pour la Hongrie.

Lire la suite

Depuis le début du conflit en Ukraine en février dernier, la Russie a tiré 67 milliards d’euros de ses ventes de pétrole russe à l’Union européenne. Or, son budget militaire annuel s’élève à environ 60 milliards d’euros par an.

L’Europe a déjà adopté plusieurs trains de sanctions contre la Russie en raison de l’invasion de l’Ukraine. Mais pour arrêter de financer indirectement la guerre en Ukraine, elle a mis en place cet embargo sur le pétrole à partir de ce lundi. À une condition, toutefois, qu’il ne touche que le pétrole maritime.

Réorganisation de l’approvisionnement

Aujourd’hui, deux tiers du pétrole russe consommé en Europe arrivent par voie maritime. Le reste est acheminé par oléoduc et concerne pour la plupart des pays enclavés qui continueront à s’approvisionner ainsi. 

Par exemple, la Hongrie, qui avait menacé de mettre son veto, pourra finalement continuer d’importer son pétrole via l’oléoduc Droujba. Même chose pour la Slovaquie et la République tchèque. Bruxelles leur laisse le temps de réorganiser leurs systèmes énergétiques.

Quant à l’Allemagne et la Pologne, les deux pays ont décidé d’eux-mêmes d’arrêter leurs livraisons via ce même oléoduc d’ici à la fin de l’année. Ainsi, les importations russes seront touchées à plus de 90%, affirment les Européens.

Pour Moscou, il est néanmoins plus facile de trouver d’autres acheteurs pour ses exportations par tanker que par oléoduc. Des États membres redoutent cependant que l’exemption de l’approvisionnement par oléoduc ne fausse les conditions de concurrence pour les achats de pétrole.

Vers une déstabilisation du marché mondial ?

Mais avec cette mesure de l’Union européenne, certains analystes craignent une déstabilisation du marché mondiale de pétrole. Un constat qui n’est pas partagé par Francis Perrin, spécialiste des hydrocarbures et chercheur associé au Policy Center for the New South à Rabat. Selon lui, « réorientation ne veut pas dire déstabilisation ».

Je ne pense pas que l’on puisse parler de déstabilisation du marché pétrolier mondial. Évidemment, il y aura un impact. On ne peut pas prendre une mesure aussi forte qu’un embargo […] sans impact sur le marché pétrolier et les prix du pétrole. On observe déjà, depuis 2022, une réorientation des flux pétroliers mondiaux.

Francis Perrin, spécialiste des hydrocarbures et chercheur associé au Policy Center for the New South à Rabat

► À lire aussi : Statu quo à l’Opep+ sur la production de pétrole dans un monde incertain

La source

Written by: admin

Rate it

Previous post

Politique

À la Une: immigration, souplesse ou fermeté ?

Même s’il est sans vote, le débat promet d’être vif ce mardi à l’Assemblée nationale. Un débat sur l’immigration, en amont de la présentation d’un futur projet de loi au début de l’année prochaine. La Croix nous en résume les quatre principaux axes.« 1. La demande d’asile. Pour accélérer la procédure, l’exécutif souhaite une territorialisation de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides et de la Cour nationale du droit […]

todaydécembre 6, 2022

Post comments (0)

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


0%