L'Europe

L’okapi, le discret trésor de la RDC – C’est dans ta nature

todayoctobre 16, 2022

Background
share close

La République démocratique du Congo est le seul pays au monde à abriter l’okapi. L’animal, mi-girafe mi-zèbre, rare et timide, est une espèce en danger menacée par les activités humaines illégales.

Les Congolais ont sûrement vu plus d’okapis sur leurs billets de banque que dans la forêt. L’animal est si rare et si discret que ceux qui ont pu le croiser dans les forêts tropicales d’Ituri, dans le nord-est du pays, où l’espèce est endémique, sont des privilégiés. « Je suis chanceux, reconnaît Berce N’Safuansa, qui gère le projet okapi de l’ONG Wildlife Conservation Global au sein de la Réserve de faune à okapis, créée en 1992 et inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco cinq ans plus tard. C’est fantastique, vous ne pouvez pas imaginer l’enthousiasme qu’on a d’être en face d’un okapi ! »

Et pour cause ! Avec sa tête de girafe (il est, avec la girafe, l’une des deux seules espèces encore vivantes de la famille des giraffidés), son corps d’antilope, les pattes avant et l’arrière-train rayés noir et blanc comme un zèbre, et son coup de langue phénoménal (40 centimètres de long), l’okapi est un animal plein de mystères, quasi mythique, surnommé parfois la licorne africaine.

Unique, rare et irremplaçable

Unique au Congo-Kinshasa, mondonga (okapi en lingala) n’a été découvert par un explorateur européen qu’à la toute fin du 19e siècle. En 1901, il est scientifiquement nommé Okapia johnstoni. Il s’agit d’un des trois derniers mammifères recensés dans le monde. Mais depuis bien longtemps, l’okapi était connu des populations locales. « Ici, nous avons par exemple la communauté locale des Mbuti, les pygmées : pour elle, l’okapi représente un ami de leurs ancêtres. C’est donc un animal qu’il faut protéger, qu’il ne faut pas tuer pour sa viande ou pour un quelconque besoin », explique Berce N’Safuansa.

L’okapi tient une place à part parmi la riche faune qu’abrite le Congo-Kinshasa. « C’est un animal d’une importance capitale, poursuit Berce N’Safuansa, à cause de la valeur exceptionnelle et universelle qu’il représente : une espèce unique, rare, irremplaçable, qui ne vit à l’état sauvage qu’en République démocratique du Congo. »

Braconniers et miliciens

Si rare que l’espèce est menacée : en danger, selon la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).« Dans un avenir proche, prédit Berce N’Safuansa, cette espèce se retrouvera dans la catégorie probablement la plus élevée, le risque d’extinction, avec des effectifs en baisse. »

Les principaux prédateurs de l’okapi ? Les léopards et les humains. L’habitat naturel du ruminant est chaque jour menacé par les activités humaines illégales. Berce N’Safuansa pointe « les braconnages armés, en quête de la peau de l’okapi, de sa viande, de sa graisse, de ses os, tellement recherchés aujourd’hui sur le marché noir. À cela, il faut ajouter la perte des habitats naturels ainsi que la présence de groupes de milices et de mineurs illégaux dans et autour de la réserve. »

Les milices armées qui sévissent dans la région n’épargnent personne, ni les okapis ni les humains. Il n’existe pas de recensements récent et scientifique de la population d’okapis, compte tenu des difficultés du terrain et de la grande discrétion de cet animal solitaire. On estime seulement qu’il ne reste, à l’état naturel, que plusieurs milliers d’okapis.

LA QUESTION DE LA SEMAINE

« La vache a-t-elle des gaz à effet de serre? »

Les vaches et les élevages de bovins représentent environ 7% des émissions de gaz à effet de serre sur la planète. Et c’est bien de gaz qu’on parle. Les vaches rejettent du méthane. En pétant, accessoirement, et surtout en rotant, tout naturellement, quand elles ruminent. Alors, après la taxe carbone, voici la taxe méthane, une première mondiale, en Nouvelle-Zélande. Le gouvernement a décidé cette semaine de taxer d’ici trois ans les éleveurs, qui rappellent de leur côté que les prairies où les vaches font leurs rototos sont des puits de carbone ; elles stockent du CO2. Oui, mais pas assez pour compenser. Les vaches ruminent leur mauvais bilan carbone.

Источник

Written by: admin

Rate it

Previous post

L'Europe

Turquie: une explosion dans une mine fait 41 morts

Au moins 41 personnes sont morts dans une explosion survenue vendredi 14 octobre dans une mine de charbon, dans le nord-ouest de la Turquie. Les secouristes s'employaient encore ce samedi 15 octobre au matin à chercher des survivants parmi les ouvriers se trouvant encore coincés au fond. Lire la suite L'explosion est survenue vendredi 14 octobre dans une mine de charbon d'Amasra, ville côtière de la mer Noire, à 18h15 locales (15h15 […]

todayoctobre 16, 2022

Post comments (0)

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


0%