L'Europe

Migrants: Londres augmente ses versements à la France pour enrayer les traversées de la Manche

todaynovembre 16, 2022

Background
share close

En 2022, plus de 40 000 personnes ont traversé la Manche, direction l’Angleterre. Un record. L’immigration prend de plus en plus de place dans le débat politique au Royaume-Uni. Suella Braverman, la ministre britannique de l’Intérieur s’est rendue, ce lundi 14 novembre, à Paris pour conclure un accord avec son homologue, Gérald Darmanin. Londres espère enrayer les traversées et le « commerce des passeurs ».

Lire la suite

Les deux points principaux de cet accord sont liés l’un à l’autre. Les Britanniques vont verser une enveloppe de 72 millions d’euros à la France en 2022-2023. En échange de quoi, les Français vont augmenter de 40 % les forces de sécurité chargées de surveiller les plages d’où partent les migrants pour traverser la Manche. Soit 350 policiers et gendarmes supplémentaires déployés dans les prochains mois. 

« Il y aura des officiers britanniques sur le sol français, qui travailleront sur le terrain avec leurs homologues français, pour détecter et intercepter les migrants illégaux (sic) qui essaient de quitter la France. Il y aura une augmentation de 40% du nombre de gendarmes français patrouillant les plages françaises. Et nous collaborerons encore mieux en matière de renseignement », Suella Braverman, ministre de l’Intérieur.

Des moyens technologiques

Outre les hommes, de nouveaux moyens technologiques seront déployés. Des drones seront utilisés pour repérer les personnes se cachant dans les dunes avant les traversées et des caméras de surveillance vont être disposées le long du littoral. Sans oublier des chiens de détection dans les ports. 

L’accord prévoit aussi une « coopération » renforcée entre les deux pays. Pour la première fois, des officiers britanniques doivent être détachés dans les postes de contrôle français et sur le terrain. L’inverse sera vrai également.

L’ambition est ainsi d’améliorer la coordination et le partage de renseignements entre les deux parties pour s’attaquer aux réseaux de passeurs « le plus en amont possible ». Autrement-dit, dès le pays d’origine ou les pays de transit.

Pas de solution miracle

Combien de traversées cet accord va-t-il permettre d’éviter ? Le gouvernement britannique refuse de donner des chiffres, admet qu’il n’y a pas de solution miracle, rapporte notre correspondante à Londres,Émeline Vin. D’autant qu’en aval, le système d’accueil des demandeurs d’asile est saturé.

Pour James Cleverley, ministre des Affaires étrangères, il faut accélérer « le traitement des demandes. Nous proposons une loi pour empêcher par exemple les demandes multiples, ce qui ralentit énormément le système. Cela nous permettra d’examiner les demandes avec justice, mais rapidement. Ce serait mieux pour eux, pour qu’ils sachent où ils en sont, et pour nous, car ça nous coûterait moins cher. »

De son côté, le Syndicat des travailleurs douaniers ne s’attend pas à une baisse significative des arrivées illégales.

►À lire aussi : Manche: un réseau de passeurs vers le Royaume-Uni devant la justice française

La source

Written by: admin

Rate it

Previous post

L'Europe

Richard Marcoux (chercheur): «On naît de moins en moins francophone, mais on le devient de plus en plus» – Invité Afrique

L'avenir de la Francophonie se joue en Afrique, et dans la complémentarité entre le français et les langues africaines. C'est le constat que font des chercheurs alors que l'Organisation internationale de la Francophonie se réunit en sommet à la fin de cette semaine à Djerba en Tunisie. Comment l'Afrique en est-elle venue à occuper cette position centrale dans la Francophonie ? Quelles sont les fragilités et les défis auxquels fait face […]

todaynovembre 16, 2022

Post comments (0)

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


0%