L'Europe

Portugal: un réseau de passeurs de travailleurs immigrés démantelé

todaynovembre 25, 2022 2

Background
share close

Au Portugal, un coup de filet dans les exploitations agricoles du sud du pays a permis de démanteler un réseau de passeurs de travailleurs immigrés, vivant dans un semi-esclavage. Trente-cinq personnes ont été interpellées.

Lire la suite

Avec notre correspondante à Lisbonne, Marie-Line Darcy

Le coup de filet a été soigneusement préparé depuis janvier dernier : 400 policiers et gendarmes ont été mobilisés pour intervenir en Alentejo, dans le centre du Portugal, où se trouvent de grandes exploitations agricoles dévoreuses de main d’œuvre. Un réseau de passeurs très sophistiqué a pu être démantelé.

Dirigé par un couple de Roumains, le réseau comptait une dizaine de Portugais servant d’intermédiaires dans les fermes pour faire embaucher les immigrés recrutés et tombant sous leur emprise. Papiers confisqués, salaire réduit à 5 ou 10 euros par jour, sévices psychologiques et physiques contraignaient les immigrés à vivre en situation de quasi-esclavage.

► À lire aussi : Le Portugal en quête de travailleurs étrangers pour ses secteurs clés

Priorité au relogement

Au moins 200 travailleurs venus de pays aussi divers que le Népal, l’Inde, la Moldavie, le Timor oriental ou le Maroc, victimes du réseau, ont été ainsi découverts. Leurs conditions de vie étaient absolument déplorables. Ces immigrés, pour la plupart, souhaitent continuer à travailler sur les exploitations agricoles. Mais l’on rentre dans la période hivernale et les contrats de travail sont suspendus. La priorité pour les autorités et les associations d’entraide est désormais de pouvoir reloger décemment ces travailleurs.

► À lire aussi : Une filière de passage clandestin entre la France et le Portugal démontée par la police à la frontière franco-espagnole

La source

Written by: admin

Rate it

Previous post

Les nouvelles générales

COP Cites 19: l’hippopotame garde un statut «pas assez protecteur» – Changer d’air

Après la Cop-climat, dont la dernière édition s'est tenue à Charm el-Cheikh en Egypte, s'achève ce vendredi 25 novembre, la COP-19 de la Cites, la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvage menacée. Moins médiatique, elle se tient au Panama. Sauf revirement en plénière ce vendredi, grenouilles de verre - aux corps transparents- tortues matamatas, plusieurs espèces de concombres de mer ou encore des dizaines d'espèces de requins requiem et de requins marteaux doivent […]

todaynovembre 25, 2022 2

Post comments (0)

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


0%