Politique

Pour Macron, changer, c’est pas si facile

todayoctobre 29, 2022

Background
share close

Où va Emmanuel Macron dans son nouveau quinquennat ? La question revient sans cesse ces derniers temps. Tour à tour président jupitérien, président de crise, il cherche ses marques face à des Français inquiets et une majorité qui n’a plus le doigt sur la couture du pantalon.

Dans la majorité, quand on parle de la difficulté à voir quel cap Emmanuel Macron veut donner à son nouveau quinquennat, on a deux types de réponse. La première, dans la ligne officielle, c’est de dire mais enfin bien sûr qu’il y a un cap et une nouvelle méthode avec le Conseil national de la refondation, sans trop développer tout de même.

Et puis, il y a ceux qui répondent en parlant de ce qu’il faudrait faire comme si c’était un processus en cours, comme si les briques se mettaient en place et qu’à la fin il y aurait une maison. Mais quelle maison ? Ce que souhaitent les macronistes fidèles, c’est qu’elle ressemble à celle que les Français avaient acheté sur plan en 2017. Comme cette députée, au cœur du réacteur de la première campagne, qui réfléchit à voix haute et déclare  : « Il faut rester sur les invariants du macronisme, l’économie forte, l’attractivité, la stabilité fiscale … et protéger pas seulement par l’émancipation individuelle mais aussi collective ». Le maître mot pour elle c’est le « travail ». « Je travaille donc j’existe », résume un de ses collègues de l’Assemblée nationale. Il faut comprendre que c’est un message qui peut donner du sens au quinquennat.

Du neuf avec du vieux

Ça reviendrait un peu à faire du neuf avec du vieux. Mais l’ambiance n’est pas vraiment au choc de renouvellement après une élection présidentielle où Emmanuel Macron n’a quasiment pas fait campagne pour se faire réélire. Et un député Renaissance trentenaire en tire la conclusion qu’en fait, les électeurs ont voté pour lui quand ils n’avaient pas d’autre solution qui leur convenait. Autrement dit, pas parce qu’il leur a donné envie d’avoir envie avec lui. « Il faut qu’il dise aux Français, j’ai besoin de vous… Si vous me soutenez, voilà ce que vous aurez », ajoute-t-il. Un constat sans émotion. Le temps de l’idolâtrie, celui où Emmanuel Macron était intouchable, est passé. Le président doit faire avec des troupes plus critiques qui attendent un élan.

Le « en même temps » un peu boiteux

Emmanuel Macron a eu une occasion de relancer la machine avec une interview télévisée cette semaine. Sauf qu’il n’a pas dit : « Aidez-moi » aux Français mais plutôt : « Aidez-moi » aux Républicains. À défaut d’élan, le chef de l’État a indiqué quelle alliance politique il souhaitait à l’Assemblée en stigmatisant la Nupes et le Rassemblement national qui ont voté ensemble une motion de censure. Une clarification qui rend un peu boiteux le « en même temps ». En guise de cap, Emmanuel Macron a lancé un appel au compromis politique avec la droite.

Источник

Written by: admin

Rate it

Previous post

L'Europe

Le monde en régression démocratique – Géopolitique

Que l’on compare les démocraties du début du XXè siècle à ce qu’elles sont devenues un siècle plus tard, on mesure les incontestables progrès, en termes de droit de suffrage, d’éducation des citoyens, de capacité d’information. Toujours en débat, la démocratie est un processus. Et elle parvient difficilement à être une valeur d’exportation. On évoquait après la chute du Mur de Berlin et de l’URSS, le triomphe universel de la […]

todayoctobre 29, 2022 2

Post comments (0)

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


0%