L'Europe

Quels sont les défis économiques que Lula devra relever ? – Aujourd’hui l’économie

todayoctobre 31, 2022

Background
share close

Lula redevient le président du Brésil avec 50,9% des voix. Au lendemain de cette élection très polarisée, entre deux candidats que tout opposait, il devra s’atteler à l’urgence : résoudre les problèmes économiques des Brésiliens.

L’économie est la priorité des priorités citées par les électeurs. A peine remis de la pandémie et du chômage qu’elle a fait exploser, les Brésiliens ont été étranglés par l’inflation. Dans l’un des pays les plus inégalitaires au monde, l’envolée des prix a été un cataclysme. Grâce à l’action précoce de la banque centrale, et grâce à des coups de pouce budgétaires avec la suspension d’un certain nombre de taxes sur les hydrocarbures, la pression est fortement redescendue, l’inflation est en décrue depuis le mois d’avril. Elle est encore à 7%. Et manger à sa faim reste un souci majeur pour 15% des Brésiliens en insécurité alimentaire, ils n’étaient que 4% en 2010, quand Lula a quitté le pouvoir. Il a promis de renforcer les aides sociales mises en place par son prédécesseur et d’effacer une partie des dettes accumulées pendant la pandémie.

Deuxième défi pour le président : renouer avec la croissance

Et faire en sorte que ses fruits soient mieux partagés. Parce que le Brésil d’avant le Covid, était déjà un géant assoupi, encalminé dans une croissance atone, bien trop faible pour redistribuer la richesse créée à une population en forte hausse : 0,3% de croissance annuelle en moyenne depuis dix ans, c’est deux fois moins que le rythme de croissance de la population. D’où cet appauvrissement, ce déclassement que ressentent les ménages. Après avoir reculé pendant la présidence de Lula, au début des années 2000, les inégalités ont explosé au cours des dix dernières années. Entre les riches et les pauvres, mais aussi entre les habitants du Sud et ceux du Nord. Ceux du Nord-Est gagnent deux fois moins bien leur vie que ceux du Sud-Est, et ils sont deux fois plus exposés au risque de chômage. Les inégalités sont aussi très fortes face au chômage. Les femmes et les gens de couleurs en souffrent beaucoup plus que les hommes blancs.

Quelles sont les politiques préconisées pour réduire les inégalités et doper la croissance du Brésil ?

Améliorer l’éducation, réformer l’Etat en le rendant plus efficace, réformer une fiscalité souvent défavorable aux affaires, sont les chantiers de longue haleine régulièrement cités par les économistes. Ces sujets de fonds n’ont pas été abordés pendant la campagne. Lula a invoqué ses mandats passés qui correspondent à une ère de prospérité, le seul moment où les inégalités ont reculé. Mais il ne pourra pas appliquer les mêmes recettes, car entre temps le Brésil s’est fortement endetté. Sa marge de manoeuvre budgétaire est donc beaucoup plus limitée et le contexte mondial est très différent. Le boum des matières premières n’est plus d’actualité en 2022.

Car la force du Brésil ce sont toujours ses ressources naturelles

L’industrie qui pourvoyait des emplois bien payés est en déclin depuis trente ans. L’agrobusiness, chouchouté par Jair Bolsonaro, les minerais, le pétrole, sont les principaux moteurs du commerce extérieur. Réorienter l’économie vers des activités mieux rémunérées, plus créatrices d’emplois est une nécessité. Pour y parvenir, il faut attirer les investisseurs en commençant par défendre l’environnement et la forêt amazonienne. C’est l’engagement pris par Lula. Dans l’immédiat il devra surtout réconcilier le pays pour pouvoir gouverner, légiférer. Car le système politique brésilien, où les régions et le Congrès sont des contre-pouvoirs considérables, est l’un des principaux freins au changement.

Источник

Written by: admin

Rate it

Previous post

L'Europe

Sauce tomates locale ou concentré importé ? – La vie ici

Dernier épisode de notre série d'octobre sur le « Consommer local ». Rencontre avec deux entrepreneures qui se sont lancées dans la fabrication de conserves de tomates. L'une et l'autre veulent proposer une alternative au concentré de tomates importé qui inonde les marchés du Bénin. Mais la concurrence est rude avec ce produit bon marché, et les aides publiques insuffisantes à leurs yeux, nous dit Sandra Idossou.  Источник

todayoctobre 31, 2022

Post comments (0)

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


0%