L'Europe

Retrait russe de l’accord sur les céréales: la diplomatie turque à l’épreuve

todayoctobre 31, 2022

Background
share close

La Turquie a indiqué samedi 29 octobre ne pas avoir « été officiellement notifiée » par la Russie de son retrait de l’accord international sur les céréales ukrainiennes, signé le 22 juillet dernier à Istanbul, sous l’égide des Nations unies, grâce à une médiation turque. Sa suspension met Ankara sous pression, et plonge le monde dans l’incertitude.

Lire la suite

La Russie a annoncé, samedi, la suspension de l’exportation de céréales des ports ukrainiens. Une annonce du ministère de la Défense, sur le réseau social Telegram.

Moscou a justifié cette suspension par une attaque de drones, samedi matin, sur des navires militaires et civils de la flotte russe en mer Noire, stationnés dans la baie de Sébastopol, en Crimée annexée.

L’initiative de la mer Noire avait permis, cet été, de trouver une issue au blocage des céréales ukrainiennes. Deux accords signés par l’ONU, l’Ukraine, la Russie et la Turquie en juillet et dont but était d’organiser l’exportation de céréales et d’engrais ukrainiens, mais également russes, via des « couloirs sécurisés », les deux parties s’engageant à ne pas attaquer les navires marchands.

►À relire : Après une attaque de drones en Crimée, Moscou se retire de l’accord sur les céréales

La Russie accuse Kiev et le Royaume-Uni d’une attaque

Cet accord dit de la mer Noire avait permis de débloquer l’export de neuf millions de tonnes de céréales ukrainiennes par voie maritime, sur fond de guerre navale menée par la Russie dans les eaux de la Mer noire, et notamment autour du principal port ukrainien d’Odessa, rappelle notre correspondant à Kiev, Stéphane Siohan.

Il devait expirer le 19 novembre prochain, mais Moscou semble avoir décidé de le saborder, faisant planer de nouveau le risque d’une crise alimentaire mondiale.

Le Kremlin a annoncé sa décision quelques heures seulement après qu’un drone maritime, sans doute ukrainien, a frappé le navire amiral de sa flotte en mer Noire, dans la baie de Sébastopol.

Moscou dénonce une action « terroriste » des autorités de Kiev, avec la complicité du Royaume-Uni, contre des navires impliqués dans la sécurité des corridors céréaliers. La Russie dit vouloir apporter les « preuves » de ses accusations portées contre Kiev et Londres, et appelle à une réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU lundi.

Selon l’armée russe ce serait une unité spéciale de la marine britannique, postée dans la région de Mikolaïv en Ukraine, qui aurait fomenté et préparé cette opération. Et en fin de journée, la diplomatie russe pointait du doigt ces mêmes agents britanniques dans les sabotages des pipelines Nordstream fin septembre : le Kremlin accusait depuis lors les pays occidentaux de refuser une enquête conjointe, rapporte notre correspondant à Moscou, Julian Colling.

Et si selon la Russie elle-même, un seul bâtiment de guerre a été légèrement touché samedi matin, c’est donc suffisant pour qu’elle décide de se retirer de d’accord céréalier. Impossible désormais d’assurer la sécurité des navires quittant les ports ukrainiens selon Moscou.

Kiev dénonce un « faux prétexte »

Les observateurs ukrainiens estiment légitime une action militaire contre une frégate bombardant les villes ukrainiennes avec des missiles de croisière meurtriers. Le ministre des Affaires étrangères, Dmytro Kuleba, parle d’un « faux prétexte » de Moscou, afin de bloquer l’exportation de céréales à destination de millions de personnes.

La présidence ukrainienne a rappelé que l’Ukraine n’avait pas signé d’accord céréalier avec la Russie, mais seulement avec la Turquie et les Nations unies, car Moscou « ne respecte presque jamais ses engagements ».

Samedi soir, Volodymyr Zelensky a accusé la Russie de faire peser à nouveau le risque d’une famille à grande échelle en Afrique et en Asie, rappelant que la question n’était pas nouvelle, mais que depuis septembre, la marine russe avait bloqué 176 navires et l’exportation de plus de deux millions de tonnes de céréales. Volodymyr Zelensky a remis en cause en fin de journée sa présence au sein du G20.

►Réécouter : Reprise des exportations des céréales d’Ukraine : « L’effet majeur sera un impact sur les prix »

La Turquie dans l’embarras

La décision de Vladimir Poutine, que les officiels turcs redoutaient depuis quelque temps, place le pays de Recep Tayyip Erdoğan dans une position difficile et risque de créer des tensions entre Ankara et Moscou, explique notre correspondante à Istanbul, Anne Andlauer.

Ces dernières semaines, le président turc avait certes repris certaines critiques de son homologue russe, notamment sur le maintien d’entraves à l’exportation des engrais et céréales russes.

Mais en coulisses, la diplomatie turque s’activait pour garantir l’extension de l’accord au-delà de la date limite du 19 novembre. Recep Tayyip Erdoğan s’en était entretenu avec Vladimir Poutine, proposant notamment d’exporter les produits agricoles russes via le territoire turc.

En tant que co-garante de ce texte signé et supervisé depuis un centre de coordination conjointe (JCC) à Istanbul, la Turquie est donc sous pression. Elle a non seulement un intérêt économique à sauver l’accord, mais surtout un intérêt diplomatique.

Il en va de la crédibilité de son rôle de médiateur et de sa prétention à être aujourd’hui, comme le soulignait récemment le porte-parole du président Erdoğan, le « seul pays en mesure de parler avec Poutine (…) et d’obtenir des résultats ».

►Lire aussi : Guerre en Ukraine : l’UE gèle 17 milliards d’euros d’avoirs d’oligarques et entités russes

Risque de répercussions

Les céréales qui étaient coincées dans les ports ukrainiens depuis le début du conflit, en février dernier, avaient entraîné une flambée des prix et les craintes de famine dans certaines régions d’Afrique, notamment, rappelle Charlotte Cosset, journaliste au sein de la rédaction économique de RFI.

Par la suite, l’initiative de juillet avait permis d’entraîner une baisse des prix du blé sur les marchés. L’indice alimentaire de la FAO avait ainsi fléchi pendant sept mois consécutifs. Selon les estimations de l’ONU, cela a évité que 100 millions de personnes tombent dans l’extrême pauvreté. 

Cependant, ces dernières semaines, Vladimir Poutine avait fait part de son mécontentement, se plaignant de voir la vente de sa production agricole et de ses engrais empêchée. En cause, selon la Russie : les sanctions occidentales contre ses secteurs financier et logistique.

À trois semaines de la date du renouvellement de cet accord, l’ONU exhortait en fin de semaine les parties à tout mettre en œuvre pour voir cette initiative céréalière poursuivie.

Les Nations unies craignaient, en cas de nouvelle suspension des exportations d’engrais et de céréales, des effets dramatiques sur la production alimentaire de l’année prochaine.

Dans cette même intervention, le porte-parole du secrétaire général de l’ONU alertait : « la crise actuelle de l’abordabilité » se transformerait alors en « une crise de disponibilité ».

« C’est juste scandaleux »

Dernière réaction en date, après l’annonce russe du jour : celle du président américain. Joe Biden a jugé ce samedi « scandaleuse » la décision russe de suspendre l’accord sur les exportations de céréales des ports ukrainiens.

« C’est juste scandaleux. Il n’y avait aucune raison pour eux de faire cela », a-t-il déclaré devant la presse, après avoir voté par anticipation aux élections de mi-mandat dans son fief de Wilmington, dans le Delaware (est).

Источник

Written by: admin

Rate it

Previous post

Politique

Cédric Villani, l’équation de la réconciliation

Parce que le monde est Mathématique, Cédric Villani est dans le monde. C’est ce que je crois comprendre de cet électron libre, chercheur, directeur de l’Institut Poincaré et vulgarisateur de Mathématiques qui apparaît toujours, une araignée accrochée au revers de sa veste. (Rediffusion du 24 juillet 2021)  Sans parler de sa fameuse lavallière (un p’tit goût pour la désuétude peut-être), sans parler de sa médaille Fields (l’équivalent du prix Nobel pour […]

todayoctobre 31, 2022

Post comments (0)

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


0%