L'Europe

Ukraine: à Mykolaïv, la population suit attentivement la contre-offensive sur Kherson de l’armée ukrainienne

todayoctobre 28, 2022

Background
share close

La contre-offensive de l’Ukraine contre les forces russes dans le sud de la région de Kherson s’avère plus difficile qu’elle ne l’était dans le Nord-Est : c’est ce qu’a confié hier, mercredi, le ministre ukrainien de la Défense. En cause, selon Oleksii Reznikov, les conditions météorologiques qui se dégradent et le terrain. L’armée ukrainienne a lancé début septembre une contre-offensive pour reprendre Kherson et sa région, aux mains des forces russes depuis les premières semaines de la guerre. Des opérations que l’on suit attentivement du côté de Mykolaïv, située à une cinquantaine de km à vol d’oiseau de Kherson. 

Lire la suite

avec nos envoyés spéciaux à Mykolaïv, Anastasia Becchio et Boris Vichith 

L’armée ukrainienne est avare en commentaires, peu d’informations filtrent du terrain, mais le front de Kherson représente l’espoir pour bon nombre de gens et chaque avancée ukrainienne est vécue ici comme une petite victoire.

Mykolaïv a repoussé les assauts russes au printemps, mais du fait de sa proximité avec le front, la ville portuaire subit des bombardements quasi incessants. Les autorités ont fait les comptes : depuis le début de l’opération militaire russe il y a huit mois, la ville n’a connu que 41 jours sans attaque. Plusieurs alertes ont retenti dans la nuit : selon les forces aériennes, 3 drones iraniens ont été interceptés au dessus de la région et 15, dans la région voisine d’Odessa.

À lire aussi : À Kherson, des habitants écartelés entre rester et évacuer vers la Russie

Coupures d’eau et d’électricité

Ici de nombreux bâtiments civils ont été pris pour cible : hôpitaux, universités, immeubles d’habitations et il y a quelques jours, une importante centrale électrique. Désormais, les coupures de courant viennent s’ajouter aux problèmes d’approvisionnement en eau. « Si nos forces reprenaient Kherson ou plutôt, lorsqu’elles reprendront Kherson, nous cesserons d’être la ville proche de la ligne de front et les bombardements que nous subissons pourraient être réduits de 95%. En plus, il y a un grand espoir, si nous récupérons Kherson, de ramener l’eau potable qui venait de là-bas pour pouvoir distribuer une eau normale », nous confie le député local, Dmitry Sichko. 

Dans les robinets coule une eau salée et jaune depuis que la canalisation qui amenait l’eau du Dniepr a été bombardée en avril. Si les Ukrainiens reprenaient le secteur, les travaux de réparations pourraient débuter, espère Boris Doudenko, le directeur de Mykolaiv Vodokanal, l’entreprise publique pour l’approvisionnement en eau. 

« La seule chose que nous n’attendons, c’est que nos forces armées nous disent : « vous pouvez aller réparer ». Trois fois nous avons mené des négociations avec les Russes, mais ils ne nous laissaient pas y aller. » Notre voisin « détraqué » utilise l’eau comme une arme, regrette t-il.

À lire aussi : à Mykolaïv, s’approvisionner en eau devient de plus en plus compliqué 

En attendant, les autorités aménagent des locaux à l’abri du mauvais temps pour les points de distribution d’eau qui risquerait de geler en hiver. Car l’inquiétude est grande alors que les températures baissent : les autorités ont installé des générateurs dans les hôpitaux et d’autres lieux destinés à accueillir du public. Elles attendent aussi la livraison de chaufferies mobiles promises par le Danemark. Tous les jours, des techniciens réparent des conduites ou des câbles endommagés.

Mais tant que les Russes tiennent Kherson, la menace militaire reste importante pour les quelque 200 000 habitants restés ici, qui répètent comme un mantra : « nous avons confiance en nos forces armées », « nous vaincrons ».  

Источник

Written by: admin

Rate it

Previous post

Politique

Stanislas Guerini: «On tend la main à ceux qui à l’Assemblée manifestent une forme de responsabilité»

Stanislas Guerini, ministre de la Transformation et de la Fonction publique est ce vendredi 28 octobre, l’invité du matin de RFI. Politique française, recours répétitifs à l’article 49.3 de la Constitution par le gouvernement pour l’adoption sans vote du budget 2023, motions de censure des oppositions à l’Assemblée nationale, projet de réforme des retraites… Il répond aux questions de Julien Chavanne. Источник

todayoctobre 28, 2022

Post comments (0)

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


0%