L'Europe

Ukraine: Kherson est libre, mais désormais bombardée

todaynovembre 23, 2022

Background
share close

Dix jours après la libération de Kherson, les habitants subissent les bombardements russes. Après huit mois d’occupation, l’armée russe a dû se retirer. Mais elle est juste de l’autre côté du fleuve et semble déterminée à se venger.

Lire la suite

Avec notre correspondante en Ukraine, Maurine Mercier

Malgré les bombes, la plupart des habitants de Kherson ne veulent céder ni à la pression ni à la peur. Tatiana, la trentaine, enveloppée dans sa doudoune blanche, reste droite comme un « i » sur le perron. Après des mois d’occupation, la directrice retrouve enfin son école et ses collègues.

Alors, pour Tatiana, rien ne viendra entacher cette journée, pas même les bombardements de plus en plus pressants. À chaque explosion, le sol de l’école maternelle tremble, mais Tatiana sourit. Elle a gagné bien plus important : « Freedom » [la liberté, ndlr], dit-elle. Alors que la ville n’avait plus subi de tels bombardements depuis le printemps.

 À lire aussi : L’Ukraine dit avoir découvert des «sites de torture» russes à Kherson

« Je suis heureuse », lance-t-elle. Elle explique que lorsque les Russes ont occupé sa ville, ils ont voulu lui imposer d’enseigner le programme russe. Mais elle a refusé de collaborer.

Elle a dû se terrer durant des mois :

Les Russes me cherchaient partout. J’ai dû me cacher en ville et changer souvent d’endroit.

Les frappes font trembler les vitres de la classe. Mais pas Tatiana, qui poursuit : « Au moins aujourd’hui, personne ne fait pression sur nous. Personne ne nous soumet. »

Comme beaucoup d’habitants, Tatiana a franchi un cap avec la libération. Lorsque les Russes ont quitté Kherson, elle a décidé de ne plus jamais avoir peur.

 À lire aussi : Un résistant ukrainien de Kherson se confie: «Sur le moment, tu as peur»

Évacuer Kherson?

L’hiver a déjà commencé en Ukraine, avec les premières neiges qui ont recouvert la plupart du pays. Dans ce contexte, la vice-Première ministre et ministre chargée de la Réintégration des territoires temporairement occupés en Ukraine, Iryna Verechtchouk, a appelé les habitants de Kherson à « évacuer pour l’hiver vers des régions plus sûres du pays », particulièrement les femmes, enfants et personnes âgées, écrit notre envoyée spéciale en Ukraine, Clea Broadhurst.

Les Ukrainiens ont positionné leurs artillerie aux abords de Kherson, rendant leurs feux aux russes qui continuent d’envoyer, entre autres, des bombes à fléchettes sur la ville. Selon les témoins sur place, la situation est effrayante ; lundi, au moins une personne a été tuée et quatre civils ont été touchés dans des frappes russes dans le centre-ville. 

Les habitants de Kherson observent une recrudescence des bombardements depuis trois jours. Les tirs atteignent les immeubles d’habitations ainsi que les infrastructures civiles. La ville est privée d’électricité et d’eau et il faut au minimum deux semaines pour les réparations, et ce, sans compter les bombardements à répétition.  À ce jour, ils sont encore entre 80 et 100 000 habitants à vivre dans ces conditions. 

La source

Written by: admin

Rate it

Previous post

L'Europe

Roschdy Zem: «Je n’invente rien, j’ai écrit avec mes yeux» – Invité culture

Dans son sixième film, Roschdy Zem trace le portrait d’une fratrie de cinq, quatre frères et une sœur, vivant à Paris. Tout bascule quand Moussa, le cadet (Sami Bouajila) est victime d’un grave accident. Autrefois doux et conciliant, il se met à parler sans détour et à dire leurs quatre vérités à chacun et surtout à son frère Ryad (Roschdy Zem), une star de la télévision.   La source

todaynovembre 23, 2022

Post comments (0)

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


0%