L'Europe

Ukraine: l’armée russe évacue Kherson, Poutine instaure la loi martiale dans les territoires annexés

todayoctobre 20, 2022

Background
share close

Le président russe a ordonné ce mercredi 19 octobre l’instauration de la loi martiale dans les quatre territoires annexés par son pays en Ukraine. L’administration d’occupation russe à Kherson, dans le sud, a indiqué ce jour qu’elle évacuait la ville face à l’avancée des troupes ukrainiennes, tout en assurant que l’armée russe allait combattre sur place « jusqu’à la mort ». Kiev accuse Moscou « d’essayer de faire peur » aux habitants de Kherson.

Lire la suite

Vladimir Poutine a ordonné ce mercredi 19 octobre l’instauration de la loi martiale dans les quatre territoires ukrainiens de Donetsk, Lougansk, Kherson et Zaporijjia, annexés en septembre par Moscou.

Le président de la Fédération russe a annoncé cette mesure lors d’une réunion de son conseil de sécurité diffusée à la télévision. Le Kremlin a ensuite publié un décret annonçant l’entrée en vigueur de la loi martiale dans ces territoires à partir de la nuit de mercredi à jeudi, à minuit.

Je voudrais vous rappeler que dans la République populaire de Donetsk, la République populaire de Louhansk, ainsi que dans les régions de Kherson et de Zaporijjia, un régime de loi martiale était déjà en vigueur avant leur rattachement à la Russie.  Ce que nous faisons maintenant, c’est que nous formalisons ce régime dans le cadre de la législation russe.

Valdimir Poutine décrète la loi martiale dans quatre régions d'Ukraine

 

La mesure est présentée par le président russe comme mi-technique, mi-politique. Ces territoires « avaient instauré la loi martiale avant leur rattachement à la Fédération de Russie, mais il est nécessaire de formaliser ce régime en suivant la législation russe », a expliqué Vladimir Poutine.

Il a justifié cette mesure en affirmant que Kiev refusait de négocier avec Moscou et continuait selon lui à « bombarder » la population civile dans ces régions. « Les néo-nazis (ukrainiens) utilisent ouvertement des méthodes terroristes (…) Ils envoient des groupes de saboteurs sur notre territoire », a-t-il ajouté, dénonçant notamment l’attaque contre le pont de Crimée et « des infrastructures nucléaires », sans préciser lesquelles, même si tout le monde pense bien sûr à Zaporijjia.

Cette loi martiale implique, entre autres, un couvre-feu, le contrôle des entrées et sorties, l’interdiction des rassemblements publics. La liste est non exhaustive, d’autant que le décret l’indique : « d’autres mesures » peuvent être prises « si nécessaire ».

Le vrai changement, c’est pour les autres territoires. Juste en dessous de la loi martiale, il y a le niveau d’alerte dit « moyen », qui concerne toutes les régions frontalières de l’Ukraine, Crimée incluse, mais des mesures similaires sont possibles – contrôle des mouvements, couvre-feu et évacuations obligatoires. Enfin, les régions du sud et du centre, mais également Moscou, entrent dans le régime dit d’alerte renforcée. C’est le niveau d’alerte le plus bas. « Rien ne va vraiment changer dans la vie quotidienne », a assuré le maire de la capitale.

Moscou, le 19 octobre 2022: le président russe Vladimir Poutine a présidé ce mercredi une réunion du conseil de sécurité lors de laquelle a été décidée l'instauration de la loi martiale dans les territoires ukrainiens annexés par Moscou.

 

Évacuation des civils à Kherson

« Environ cinq millions d’habitants » des territoires ukrainiens annexés par Moscou se trouvent actuellement en Russie, a affirmé le secrétaire du conseil de sécurité russe, Nikolaï Patrouchev, à l’issue de la réunion, selon les agences de presse russes.

Plus tôt, les autorités d’occupation avaient annoncé le début de l’évacuation des civils vers la rive droite du Dniepr, concernant Kherson. Des médias russes ont diffusé des images montrant des personnes évacuées prenant place à bord de ferrys pour traverser le fleuve.

« Dès aujourd’hui, toutes les structures de pouvoir qui se trouvent dans la ville, l’administration civile et militaire, tous les ministères, se déplacent aussi » vers la rive droite du fleuve Dniepr qui borde Kherson, a indiqué Vladimir Saldo, le chef de l’administration d’occupation russe, en direct sur la chaîne de télévision Rossiya 24. « Toute la ville sera tenue, mais nous devons nous assurer que les civils soient en sécurité. Personne ne prévoit de laisser Kherson. Les militaires se battront jusqu’à la mort », a-t-il ajouté.

Vladimir Saldo a par ailleurs annoncé que l’entrée dans la région de Kherson sous contrôle russe sera interdite aux civils « pendant sept jours ».

Cette évacuation, à raison de 10 000 personnes par jour, devrait prendre six jours, selon l’administration d’occupation qui a indiqué que les civils évacués pourront ensuite se rendre en Russie, s’ils le souhaitent. Selon l’agence de presse Ria-Novosti, des abonnés des réseaux mobiles locaux ont reçu des SMS les incitant à évacuer avant « des bombardements de l’armée ukrainienne ».

Le général russe Sergueï Sourovikine, chargé des opérations en Ukraine, avait affirmé mardi soir sur la chaîne Rossiya 24 que l’armée russe allait « assurer avant tout l’évacuation sécurisée de la population » de Kherson. Capitale de la région éponyme occupée par la Russie depuis le printemps et annexée en septembre, cette ville est actuellement visée par des frappes ukrainiennes sur ses « infrastructures », a-t-il relevé.

Russie: le général russe Sergueï Sourovikine, chargé des opérations en Ukraine, a affirmé mardi 18 octobre au soir sur la chaîne Rossiya 24 que l'armée russe allait « assurer avant tout l'évacuation sécurisée de la population » de Kherson.

► À lire aussi : L’armée russe annonce une évacuation prochaine autour de Kherson

« Les actions ultérieures concernant la ville de Kherson elle-même vont dépendre de la situation militaire », a-t-il poursuivi, qualifiant la situation dans la zone de l’opération militaire spéciale de « tendue ».

De son côté, Kiev a accusé la Russie d’ « essayer de faire peur » aux habitants de Kherson en organisation l’évacuation de cette ville importante du sud de l’Ukraine. « Les Russes essaient de faire peur aux habitants de Kherson avec de fausses newsletters sur le bombardement de la ville par notre armée », a dénoncé sur Telegram le chef de cabinet de la présidence ukrainienne, Andriï Iermak, estimant que ce « spectacle de propagande (…) ne fonctionnera pas ».

Quoi qu’il en soit, pour l’heure, après la mobilisation partielle, la Russie fait un nouveau saut dans l’entrée concrète dans le conflit.

Avec agences

Источник

Written by: admin

Rate it

Previous post

L'Europe

Frontex toujours dans la tourmente: le budget 2020 de l’agence désavoué par les députés européens

C’est un résultat qui était attendu, même si finalement il était très serré. Ce mardi 18 octobre, les députés européens ont rejeté rejeté la décharge budgétaire de Frontex, l'agence de surveillance des frontières de l’Union européenne. Après la diffusion d’un rapport accablant de l’Olaf, l'Office européen de la lutte contre la fraude, qui pointait notamment du doigt des renvois illégaux de migrants par cette agence, ce qui va à l’encontre de ses […]

todayoctobre 20, 2022 4

Post comments (0)

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


0%